Témoignages

Depuis neuf ans, deux membres de l'association SILVA se consacrent entièrement à la sauvegarde et l'élevage du cheval de Skyros : Sylvia Dimitriadis-Steen qui vit sur l'île de Corfou et l'hippologue Alec Copland, ancien conférencier d'Anatomie Vétérinaire à la Faculté d'Edinburgh en Ecosse.

Alec a toujours travaillé avec des équidés en Ecosse, mais ce n'est qu'en 1994 qu'il a entendu parler pour la première fois du " cheval de Skyros ". Il s'est alors immédiatement rendu sur l'île, en mer Egée, pour étudier le cheval dans son milieu naturel.

La ressemblance avec un poney Exmoor était frappante, se souvient-il. Le cheval de Skyros, mesurant 105 à 120 au garrot, a une robe bais claire ou foncée. Sa tête ornée de grands yeux vifs, est rectiligne avec un front large. Une épaisse crinière le protège des bourrasques, alors qu'une queue longue et fournie chasse efficacement les mouches pendant l'été. Ayant évolué pendant des siècles dans le paysage accidenté et caillouteux de l'île, le cheval de Skyros a des jambes musclées dotées de sabots noirs très durs.

La constitution générale du 'hipparion' (petit cheval) de Skyros rappelle en effet les archaïques poneys de montagne de type 1, arrivés dans le sud-est de l'Europe au début de l'Holocène (le poney Exmoor est un exemple vivant de ce type originel). Il semblerait aussi que le cheval de Skyros ait un lien de parenté avec les petits chevaux lydiens utilisés en Anatolie il y a 2 500 ans pour tracter des chars, ainsi qu'avec les chevaux caspiens représentés sur le sceau de Darius I, roi de Perse (522 à 486 av. J.-C.)

Il est possible que l'île de Skyros ait hébergé ces chevaux depuis l'Antiquité et il existe aussi des documents anciens attestent que de petits chevaux ont existé dans de nombreuses îles de la mer Egée, comme Rhodes et Mytilène. Pourtant, ils n'ont survécu que sur Skyros.



  Introduction
  Photos
  Origine de l'espèce
  Un cheval antique
  L'histoire récente
  Témoignages
  Le présent & l'avenir